La marque authentique de marinière

Orcival, fondée à Paris en 1939,
fabrique depuis toujours ses marinières en France dans sa propre usine.

Création de l'atelier Orcival à Paris en 1939

1939

La marque et son emblématique logo écusson abeille furent déposés en avril 1939 à Paris par Charles Bert.
Fort de son expérience dans la soierie et lʼindustrie textile, il décide de créer sa marque à 62 ans ! Un âge pour lʼépoque assez avancé, surtout lorsque lʼon sait que lʼespérance de vie en 1938 était en moyenne inférieure à 60 ans.

L'atelier s'installe dans le 15ème arrondissement de Paris dans une ancienne fabrique de chausson.
L'activité et la production démarrent immédiatement sous la direction du directeur d'atelier Claudius Béjui et sa femme la contremaitresse, une famille lyonnaise que le fondateur Charles Bert à fait venir sur Paris spécialement.
Le nom de la marque vient du petit village d'Auvergne «Orcival» que chérissait le fondateur.

1940

A cause de la guerre, Charles Bert voyant la difficulté de la situation parisienne fin 1939 et début de lʼannée 40, comprenant le danger imminant pour son chef dʼatelier et sa femme de confession juive, décida de déménager son atelier vers Lyon le 29 avril. Toutes ses machines et la famille Béjui au complet déménagent avant lʼoffensive allemande.
L'entrepreneur en était, en effet, originaire de Lyon et s'y approvisionnait régulièrement en soie et en coton.
Lʼhistoire lui donnera raison car les allemands arriveront à Paris le 14 juin, soit exactement 15 jours après le déménagement de la manufacture.

C'est ainsi que Orcival s'installe à Lyon pour ne plus en partir, où elle se trouve encore aujourd'hui.

Claudius et Emilie Béjui à lʼabris des allemands à Lyon (en zone libre) sʼinvestissent entièrement dans lʼentreprise. Leur très bonne gestion et leur savoir-faire permettent à Orcival dʼacquérir sa réputation de produits de très bonne qualité très rapidement.

Déménagement en 1940 à Lyon - Orcival
Not found  : cms_1, alt_4_1, fr
Rue sainte marie des Terreaux fin 1940 à Lyon - Bulletin de paye Orcival de 1948

Charles Bert, déjà très âgé, transmet Orcival en 1942 à son vieil ami de régiment : le Colonel Pierre Clayette, neveu de Henri Bertrand.
La famille Bertrand/Clayette est la famille la plus importante dans la soie à Lyon et en France depuis la fin des années 1800.

Malheureusement le colonel décède en juin 1944, ce sera donc ses deux fils Joseph (spécialisé dans les vers à soie) et Robert (spécialisé dans la fabrication textile) qui poursuivent lʼhistoire dʼOrcival.
Malgré sa localisation en plein centre de Lyon, près de l'hotêl de ville, l'atelier accueillit rapidement des métiers à tisser Rachel dans ses sous-sols et put ainsi fabriquer ses propres tissus. Un premier métier fut utilisé pour tricoter du jersey en soie pour la lingerie féminine, un autre fut dès 1947 dédié au tricotage du jersey pour la Marine Nationale. Plus tard encore, un métier circulaire permit de fabriquer le coton lourd en fil open end.

Installée au 20 rue des capucins depuis 1940, lʼespace pour les métiers et lʼatelier manque; les frères Clayettes déménagent Orcival en 1948 au coin de la rue voisine : le 3 rue Sainte Marie des Terreaux.
C'est également à cette époque que les frères investissent dans des publicités réalisées par de très célèbres dessinateurs de l'après guerre.
Tous les ingrédients des succès futurs étaient réunis.

Charles Bert décède en 1954 à 77 ans, un record pour lʼépoque dʼaprès guerre.

1960...

Orcival, déjà renommée pour sa qualité et ses produits, acquiert avec la très connue famille Clayette une visibilité et une position très importante dans le marché national.
Dans les années 60, les frères Clayettes élargissent le marché de la marinière au-delà des professionnels et de la marine nationale pour atteindre le grand public.
Contrairement à ses concurrents actuels qui commencent seulement à fabriquer ce produit iconique et l'ajoutent à leur gamme pour la première fois dans les années 60 et 70, Orcival se fait rapidement une renommée auprès des consommateurs comme étant la marque historique de la marinière authentique.
Orcival fournit toujours la marine nationale en quantités très importantes, lʼarmée avec le service militaire génère tous les mois de nouvelles commandes pour les nouveaux marins, lʼatelier emploie plusieurs dizaines dʼouvrières.
Lʼannée 1962 sera également celle de la première collection dʼYves Saint Laurent qui sera largement inspirée du style marin et de ses pièces iconiques comme le caban et ... la marinière !

Début des années 70 ce sera Henri Robert, directeur commercial des deux frères depuis les années 50, membre de la famille Bert, qui devient gérant dʼOrcival pour le compte de la famille Clayette. Il continuera le développement des produits de plaisance et les accessoires de la marque historique, tout en augmentant encore les volumes avec la marine.
Les années 80 et 90 seront synonymes de difficultés pour lʼentreprise qui va se recentrer uniquement sur ses marinières marine nationale et quelques autres coloris, la mode du marin grand public sʼétant essoufflée.

Henri Robert partira en retraite en 1993, et ce sera Monsieur Rolland spécialisé dans lʼorthopédie qui reprendra la marque. Il maintiendra la production historique en France de la marine nationale avant de céder dans les années 2000 lʼentreprise à la famille Béerens qui redonnera à Orcival toutes ses lettres de noblesses.

Publicité Orcival «Lʼaction» de Mars 1962
Publicité Orcival dans le magazine «Lʼaction» de Mars 1962
La nouvelle direction d\Orcival debut des années 2000

2000...

Sous la nouvelle direction de la famille Béerens dans le début des années 2000, à un moment où plus personne ne croyait aux marques anciennes et ne sʼintéressait aux marques authentiques, Orcival a su diffuser ses marinières historiques à lʼinternational, a su rester intemporelle tout en adoptant une identité urbaine actuelle. La véritable marinière authentique fait partie du vestiaire de tous les jours et dʼaujourdʼhui pour les amoureux des vrais et beaux produits.
Cʼest surtout à lʼétranger et notamment en asie, pays où le savoir-faire et la fabrication française sont reconnus et recherchés quʼOrcival est établie comme la marque historique et traditionnelle de la marinière de la marine nationale.

2017...

Le très célèbre MoMa : Museum of Modern Art, musée d'art moderne et contemporain à New York considéré comme lʼun des musées dʼart le plus influent et respecté dans le monde à lʼheure actuelle, décide en 2017 de réaliser une exposition sous le thème «Is fashion modern?».
Le but étant dʼexplorer le passé et lʼactualité de la mode à travers 111 pièces historiques et intemporelles comme le jeans, certaines robes de créateurs et ... la marinière française, pièce iconique.
Le MoMa après recherches, considère que la marque historique de ce produit est Orcival. Cʼest donc le musée lui même qui a contacté la manufacture française et lui a demandé de lui prêter le temps de lʼexposition une marinière ancienne de la marine.
Véritable consécration pour la marque historique Orcival ainsi que pour la famille Béerens, ce sera une véritable marinière des années 60 de la Marine française prise dans les archives de lʼatelier historique qui sera exposée durant toute la durée de lʼexposition.
Reconnaissable par ses numéros de matricules à lʼencre indélibile sur lʼintérieur, la véritable marinière de la marine nationale française restera à jamais un symbole de la mode actuelle et moderne.

Aujourdʼhui la marque est diffusée dans les meilleures boutiques du monde, préférant les select-shops aux volumes. La marinière comme la marque Orcival sʼapparente au mouvement slow-fashion à travers ses produits durables et historiques en opposition à la fast-fashion de la mode de ces dernières décénnies.

Marinière Orcival - MoMa Is Fashion Modern? Marinière Marine Nationale Orcival ancienne